Logo Domeniile Viticole Franco-Romane     Site en roumain  Site en français   Website in English

POURQUOI? Les Buts et Raisons de la Culture Biologique

Le premier but de la viticulture biologique, plus particulièrement en terre d’Appellation Contrôlée, est de proposer au consommateur un vin de qualité, typique de son origine et de son terroir, qui soit apte à bien vieillir.
En second lieu, la viticulture biologique a pour volonté de proposer au consommateur des produits sains. C’est pourquoi elle refuse d’utiliser des engrais chimiques, des insecticides, des pesticides et désherbants de synthèse.

Logo Bio Roumain
Un autre intérêt de la culture bio est le respect de l’environnement et par conséquent la lutte contre la pollution des sols, de l’air et de l’eau. Si le respect de l’environnement est bien évidemment bénéfique pour l’homme il l’est aussi pour la plante car il permet la réinstallation de la biodiversité végétale, animale et microbienne. Or la culture bio a besoin, pour réussir, de cette diversité. En effet pour chaque organisme vivant, il existe un prédateur ou un organisme antagoniste. Chaque espèce empêche la prolifération d’une autre espèce. Ainsi plus l’espace est occupé moins il y a de risque d’infestation par des organismes conquérants nuisibles.
Enfin un des résultats très significatif de l’agrobiologie, est en viticulture de redonner au raisin un équilibre chimique, ce qui permet de faire des vinifications aussi naturelles que possible. A titre d’exemple, dans certaines régions chaudes, où en général il est nécessaire d’acidifier les vins, les viticulteurs Bio n’ont pas cette obligation.
[retour en haut de la page]

COMMENT? Les Techniques et Moyens de la Culture Biologique

La non-utilisation de désherbant chimique oblige le viticulteur bio à labourer entre rangs, ce que continue d’ailleurs à faire certains viticulteurs en culture conventionnelle mais aussi entre ceps ce qui nécessite du matériel coûteux et beaucoup de travail.
Les labours obligent les racines de la vigne à descendre en profondeur et non à s’étendre en surface pour se nourrir des engrais chimiques apportés en culture conventionnelle. La typicité des terroirs et appellations y gagne à coup sûr.
Une des règles non écrite mais évidente pour réussir dans ce type de culture est la maitrise des rendements. En effet, et particulièrement en milieu viticole, tout excès de rendement entraîne des risques phytosanitaires: mildiou, botrytis ou pourritures acides. Il faut respecter l’équilibre de la plante. La primauté sera donc donnée à la qualité sur le rendement.
Quant à la lutte phytosanitaire elle s’organise autour de deux axes, l’utilisation de souffre et de cuivre dans les limites autorisées par la réglementation biologique, l’utilisation de produits naturels, à base d’ortie ou de presle, et aussi de compost naturels contenant des micro-organismes antagonistes. Il existe aussi quelques produits homéopathiques qui donnent de bons résultats. Mais les viticulteurs bio de longue date vous le diront après quelques années les plantes développent des moyens naturels de défense et deviennent plus résistantes au attaques de mildiou ou d’oïdiome.
Les engrais chimiques étant interdits en culture agrobiologique le viticulteur à deux possibilités : broyer les sarments et les laisser sur le sol comme engrais naturels ou épandre des engrais naturels, fumier ou autre compost naturel.
[retour en haut de la page]

Photo des vignes pendant les vendanges

A QUEL PRIX? Les Coûts de la Culture Biologique

Les coûts en culture Bio sont plus élevés qu’en culture conventionnelle pour trois raisons.
Tout d’abord la nécessité de labourer et plus particulièrement le désherbage mécanique ou thermique entre les ceps entraîne des investissements et des coûts supplémentaires. Ensuite, la protection phytosanitaire pour être efficace en culture bio nécessite de nombreux passages. Ainsi les traitements phytosanitaires même s’ils sont faits à dose homéopathiques doivent être fait à titre préventif et par conséquent avant chaque pluie. Les années pluvieuses ils peuvent donc être assez nombreux. Enfin en culture bio les rendements élevés sont prohibés car une trop grosse charge de récolte entrainerait à coup sûr un déséquilibre phytosanitaire. En outre en culture bio il faut accepter un peu de perte de récolte puisque on l’a vu précédemment le viticulteur bio laisse les espèces empêcher les autres de proliférer, mais il y a obligatoirement un peu de déchet. On estime donc aujourd’hui que le prix du kilo de raisins produit est de 20% à 30% plus cher en viticulture bio qu’en viticulture conventionnelle.
[retour en haut de la page]

logo ecocert

QUELLE GARANTIE?

C’est un organisme certificateur (Ecocert, France-qualité, etc..) qui donne la garantie que les vignes ont bien été cultivées dans le respect des règles de la culture biologique. Dans ce but, l'organisme fait une vérification des achats de produits de traitement, vérifie la traçabilité des vins depuis leur fabrication. Il peut aussi à tout moment faire des analyses de terrains, des analyses cellulaires sur feuilles, ou encore des analyses sur les vins, afin de vérifier la non-présence de résidus chimiques.
[retour en haut de la page]

QUELLES ALTERNATIVES?

En complément des règles communautaires, le viticulteur bio peut opter pour des conduites plus spécifiques telles que la biodynamie ou encore la culture biolunaire.
Les domaines franco-roumains ont choisi la culture biolunaire qui leur semblait plus adaptée aux surfaces cultivées que la biodynamie difficile à mettre en œuvre sur des surfaces importantes.
[retour en haut de la page]


Domeniile Franco-Române - TEL: +40(0)238.794.303 / +40(0)744.640.335- ADRESSE: Str Scolii, 143 - Sahateni Judetul de Buzau - Romania - EMAIL: crama.dvfr@yahoo.com